Les projections pour la stéatose et la cirrhose

Comment avons-nous construit les projections de la cirrhose – Partie A

1) Introduction :

Nous vous proposons, dans ce document, de développer les calculs que nous avons effectués pour recalculer la projection de la cirrhose et l’impact de la stéatose hépatique (ou NASH) sur la population humaine.

Nous sommes repartis sur les chiffres fournis lors du symposium NASH de Paris 2016. Mais, ayant compris que c’est l’exposition à une toxine qui provoque cette maladie, nous avons retravaillé les modèles pour choisir le plus adapté.

Sur le fond, il ne peut y avoir de discussion sur les chiffres car ce sont les mêmes.

La modulation que l’on fait est que la stéatose hépatique / cirrhose n’est pas, suivant notre analyse, liée à des causes internes. En effet nous refusons le fait que les causes soient le diabète de type II et l’obésité.

D’ailleurs, les médecins acceptent facilement le fait que ces problèmes soient liés à une alimentation excessive et/ou trop riche, dont une trop grande consommation de sucres. Sur le fond, les raisons sont donc acceptées comme externes et non internes.

Mais, sur le plan des modèles, cela change beaucoup de choses. Vous trouverez ci-dessous une démarche expliquée, structurée, argumentée qui, à notre sens, correspond le mieux à la réalité du risque humain vis-à-vis de cette maladie.

2) Les chiffres de base :

Nous sommes partis des chiffres officiels indiqués dans le document de la seconde conférence NASH de Paris de Juin 2016. Ces éléments sont disponibles sur :

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/hep.29466/pdf

http://www.hivforum.org/storage/documents/2016/2ndParisNASHSymposium/razavi_modeling_nash_disease_burden_160627_short.pdf

Le tableau ci-contre, extrait de ces documents, indique les risques indiqués dans les différents pays.

Ces chiffres sont traités, par les auteurs du deuxième document indiqué, suivant un modèle de Markov.

En final, les résultats, pour les USA, sont indiqués dans la tableau ci-dessous.

Nous n’acceptons pas le calcul de la projection sur le modèle de Markov sur la base d’une évolution du diabète de type II et de l’obésité.

3) Un modèle différent – La stéatose et la cirrhose : une exposition à des toxines externes

De tous les éléments fournis lors de cette conférence, nous retenons simplement l’augmentation de la population « NASH » de 5,25% par an. Nous illustrons cela en précisant que, si le niveau d’atteinte est de 30%, cela veut dire que l’année d’après, ce niveau d’atteinte de la population sera de 31,57%, puis 33,2%, 35%, et ainsi de suite…

Il existe un certain flou sur les chiffres au niveau d’atteinte « F0 ».
En ce qui nous concerne, nous avons retenu les seuils suivants :

  • seuil rien / NAFL :                5,0 %
  • transition NAFL / F0 :         20,0 %
  • évolution F0 / F0 NASH :   26,4 %
  • transition F0 NASH / F1 :   28,3 %
  • seuil F1 / F2 :                        35,3 %
  • seuil de fatigue :                  38,0 %
  • transition F2 / F3 :               42,5 %            (transition irréversible)
  • transition F3 / F4 :               50,0 %

Il y a un intérêt mathématique à considérer que nous sommes exposés à des toxines externes. En effet les résultats obtenus sur les étals des commerçants poussent à considérer que la population est soumise à une exposition gaussienne à ces toxines.

Lorsque l’on constate cela, alors les choses deviennent simples sur le plan mathématique. En effet, pendant ma formation, il m’a été expliqué qu’une exposition gaussienne induit une population dont le profil est la « Loi du Ki2 ». L’intérêt est que cette courbe est parfaitement connue par les mathématiciens ou statisticiens.

Une exposition gaussienne aux toxines induit ce modèle de population.

4) La représentation de la population :

Ce qui nous intéresse est le lien entre la population atteinte de NASH à un moment donné et le pourcentage de la population aux seuils de 38% (seuil de fatigue), 42,5% (seuil d’irréversibilité) et 50% (passage en cirrhose).

En conséquence et suivant ce modèle, connaître le pourcentage de contamination de la population en NASH permet de calculer tous les seuils ci-avant indiqués.

Il y a des discussions possibles sur le seuil de la maladie à 20%. Il faut, éventuellement, le corriger à 25%. Ceci à cause du seuil de détection de la stéatose hépatique avec les moyens mis en œuvre de 2010 à 2014. En effet, les chiffres annoncés sont issus de méthodes dont le seuil de détection est de 25%.

Pour que vous compreniez :

La valeur de la courbe représente le pourcentage de la population calculé dont l’atteinte hépatique est supérieure au seuil indiqué.

La suite sera publiée dans l’article : Construction du modèle de prévision cirrhose – Partie B

Merci pour votre attention.

Eric VERHEECKE

 

Consultation de la page de l’alerte sanitaire climatique

Retour sur la page principale du blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *