Réponse ouverte au syndicat Français Intercéréales – Lien entre toxines de stockage et cirrhose humaine (NASH)

Réponse Ouverte à l’Association Française Intercéréales : Interprofession pour la collecte, la commercialisation et la transformation

Mission de syndicat : http://www.intercéréales.com/ses-membres

Le lien entre la NASH (stéatose hépatique / cirrhose non-alcoolique) et les bioinstabilités durant le stockage n’est pas abordé ni commenté dans la lettre reçue d’Intercéréales.

Note : Le courrier émis par Intercéréales ne prend pas en compte les aspects scientifiques de la conservation des céréales, des oléagineux et de tous les coproduits agroalimentaires. Il se base sur la norme existante et les « bonnes pratiques ».

Attention : les toxines « OTV » et « AFV » ne sont pas des mycotoxines. Elles sont produites quand les levures sont actives. Ce courrier ne les concerne donc pas. Il est hors sujet.

Pour mémoire : les mycotoxines sont des toxines produites par des moisissures (et non des levures) du type, par exemple, Aspergillus, Pénicilium ou Fusarium.

Cliquez sur ce lien pour télécharger la lettre reçue d’Intercéréales en pdf

Cliquez sur ce lien pour télécharger la lettre ouverte au Président de la Commission Européenne et son annexe scientifique en pdf

Cliquez sur ce lien pour télécharger la lettre envoyée en pdf

———————————————-

Courrier envoyé le 21 Janvier 2019

Monsieur Jean-François Loiseau

Président d’INTERCEREALES

23 / 25, Avenue de Neuilly

75116 PARIS

 

 

Référence :   Alerte sanitaire climatique du 9 Juin 2017

                          Votre courrier du 10 Janvier 2019

 

Monsieur Le Président,

Je vous remercie pour votre courrier. Je profite de cette réponse pour souhaiter tous mes vœux à toutes les personnes qui sont concernées par ce courrier. Je vous propose, collectivement, que 2019 soit une « bonne année », transparente sur le plan de sanitaire.

Ma démarche ne remet pas en cause la manière dont vous respectez les procédures européennes. Je remets en cause le règlement N° 1881/2006 pour le volet stockage. Si vous reprenez ma lettre ouverte du 10 Décembre 2018 au Président Juncker, vous constaterez qu’elle est, ainsi que son annexe, purement scientifique.

Ce règlement n’oblige pas le respect des Règles de l’Art en matière de stockage. C’est le bogue de ce règlement européen.

Pour comprendre, il faut rappeler que j’ai équipé plus de deux millions de tonnes de capacité nominale de stockage. Cela fait plusieurs centaines de cellules de stockage et concerne toutes les céréales et les principaux oléagineux. J’ai personnellement suivi ces cellules. Certaines ont fait l’objet de mon attention pendant plus de dix ans. Le principe est de suivre l’évolution de l’activité de l’eau et de la température.

D’un point de vue Thermodynamique nous parlons donc du suivi du couple [Aw, T]. Ces deux paramètres permettent de savoir si les produits sont stockés d’une manière biostable. C’est l’Etat de l’Art. Les spécialistes en microbiologie, les biochimistes, les ingénieurs agro, etc… connaissent ces paramètres et sont capables de comprendre, d’interpréter les courbes des cellules.

En fonction du lieu, des années et des céréales, voici ce que j’ai pu constater sur la base de données réelles issues de nombreuses cellules de stockage :

  • 50 à 70% des cellules de blé ou d’orge sont bioinstables,
  • 70 à 100 % des cellules de maïs sont bioinstables,
  • 100% des cellules de colza ou tournesol sont bioinstables.
  • Mais 100% des produits concernés sont conformes à la norme européenne.

C’est ce point précis qui pose problème. Dans la suite du texte, je vais évoquer le test « ClaiRe ». A ce stade, je peux vous dire que 100% des produits bioinstables ne « passent pas le test ».  Ils sont, suivant ce test, inaptes à être consommés par les humains ou les animaux.

Il y a donc un conflit entre la conformité à la norme européenne et la « consommabilité » des produits stockés d’une manière bioinstable.

Je vous confirme que le test « ClaiRe » n’est pas un test officiel. Il n’est pas reconnu par les autorités européennes. Les produits sont donc officiellement « Bons » pour le consommateur. Mais, avec un peu de bon sens, il est difficile d’admettre que des produits bioinstables puissent être sans danger. Les réactions biochimiques inconnues produisent des molécules inconnues dont les effets sont inconnus. Difficile d’admettre que cela soit sain !

Concrètement, l’annexe au courrier de Monsieur le Président Juncker explique ce qui se passe et conclue que l’Ochratoxine A et l’Aflatoxine B1 ne sont pas des traceurs des bioinstabilités. Ce dispositif de surveillance n’est donc pas adapté au stockage.

Dans ce contexte, j’ai travaillé sur les processus décrits dans cette annexe. J’ai mis beaucoup de temps à trouver des réponses fiables, répétables et reconnus par des spécialistes.

Pour comprendre les effets, j’ai étudié la physique quantique. J’ai trouvé des spécialistes qui mesurent le Champ quantique. Ces personnes peuvent interpréter certains effets. Si l’on associe les médecines chinoises, ou ancestrales ou naturelles (je vous laisse le choix de la sémantique) nous arrivons à la conclusion qu’au moins deux toxines dangereuses sont produites. Je les ai appelées « OTV » et « AFV ». La première augmente la stéatose hépatique et la seconde est inflammatoire pour le foie. Ces toxines expliquent donc l’épidémie, l’augmentation du nombre de personnes atteintes de la stéatose hépatique / cirrhose.

Ces conclusions ne sont pas des paroles en l’air. Les effets négatifs des produits incluant ces toxines sont maintenant mesurés et caractérisés au niveau du Champ quantique. Sur le plan scientifique, cela n’est donc plus discutable. Les potions, que j’ai développées pour contrer cette maladie, viennent d’être confirmées comme annulant les dérivent du Champ quantique. Elles contrent donc les effets des molécules toxiques produites dans les stockages bioinstables.

Ces résultats ont été obtenus par des spécialistes qui ont opéré des mesurages avec des moyens scientifiques, des moyens de mesures physiques. En conséquence, depuis le 11 Janvier 2019 nous pouvons doser les quantités présentes dans un produit. Ces résultats sont scientifiques, répétables et indiscutables. La prochaine étape est la caractérisation des molécules et la mise au point des moyens de laboratoire pour les doser. Cette étape va nécessiter des moyens et des budgets considérables que nous ne pouvons pas rassembler sans l’aide des Etats. Il faut maintenant engager cette phase importante.

Le test « ClaiRe », même s’il n’est pas reconnu scientifiquement, est construit sur une base scientifique de physique quantique indiscutable. Nous l’utilisons pour mesurer la présence des toxines dans les produits alimentaires sur les étals des commerces. Pour les produits, autres que les produits frais, nous arrivons à la conclusion que de l’ordre de 70% des aliments proposés en France et en Suisse sont contaminés et impropres à la consommation.

Ces résultats sont publiés sur le Web. L’URL est : « http://claire.ikkar-concept.com ». L’exemple le plus choquant est celui des aliments pour nourrissons. Les données sont restituées sur la page : « http://claire.ikkar-concept.com/2018/10/22/la-production-des-huiles-vegetales-son-impact-catastrophique-sur-la-nourriture-pour-les-enfants-en-bas-age-infant-food/ ».  Quasiment 100% des laits sont contaminés. Cela est strictement inacceptable.

OTV et addiction :

Il y a aussi un deuxième volet sur lequel nous n’avons pas encore de certitude absolue mais une très forte conviction : la toxine « OTV » provoque une addiction. Des articles américains ont attiré notre attention sur ce sujet. En effet, il est constaté que les addictes de l’alcool deviennent souvent addictes aux sucres après sevrage. Après réflexion, nous avons compris que l’addiction des vins et alcool est liée à la présence de cette toxine. Ces éléments nous conduisent à penser que les fermentations « naturelles » constatées dans les silos (mesurage du couple [Aw, T]) provoquent les mêmes toxines que lors de la fermentation des vins.

Les nourrissons sont donc tous soumis à une toxine très addictive dès qu’ils quittent le sein de leur mère. Cela concerne les enfants en bas âge de votre famille, de vos collaborateurs, de vos amis, … En fait, cela concerne tous les enfants en bas âge de cette planète.  C’est un « super-bilan » que ces enfants ne manqueront pas de nous reprocher quand cela sera connu.

Dans ce contexte, il est important d’éviter de consommer ces produits. Je suis en train de concevoir la première formation « ClaiRe » sur ces bases de physique quantique indiscutables. Je vais commencer à former les premières personnes dans les prochaines semaines. Le plus spectaculaire est que la mesure des micro-champs corporels peut être faite avec un smartphone. Cela prouve la réalité de ces champs et la pertinence de la démarche.

Actuellement, ce test fait peur. Les utilisateurs sont horrifiés du constat. Le mesurage avec un smartphone « grave les résultats dans le réel ». Cela a tendance à provoquer une révolte contre les agroindustriels, le monde agricole, et les scientifiques qui ont oublié ces deux toxines.

Comment avancer ?

Il existe donc des milliers de courbes [Aw, T]. Ces courbes reflètent les conditions d’exploitations normales des silos. Je vous propose donc que les organismes stockeurs qui possèdent ces données les envoient à la DGCCRF, la DGAL et l’EFSA.

Faire cela serait un acte de transparence vis-à-vis de ces services de l’Etat Français et de l’Union Européenne. Pour avoir discuté avec beaucoup de spécialistes en biochimie, microbiologie, … ces courbes entraîneront, sous quelques secondes, un « en effet, il faut changer cela ! ». Les aberrations thermodynamiques constatées « parleront » à ces spécialistes.

Une épidémie :

J’attire votre attention sur le fait que la NASH (stéatose hépatique / cirrhose non-alcoolique) concerne déjà un tiers de la population européenne et mondiale. Suivant les chiffres officiels, 50% seront concernés dans 8 ans. Il y a urgence pour corriger cela.

Je me dois de préciser maintenant que toute tentative de nier les éléments scientifiques précis fournis au Président Juncker et aux principales organisations Françaises et Européennes constituera désormais un fait générateur qualifiable d’empoisonnement.

Le code pénal définit, dans son article 221-5, l’empoisonnement comme « le fait d’attenter à la vie d’autrui par l’emploi ou l’administration de substances de nature à entraîner la mort ». C’est un crime formel. Ainsi, il est constitué par l’attentat lui même, quel qu’en soit le résultat. Donc si la victime ne meurt pas, l’auteur sera quand même poursuivi pour empoisonnement.

Ne pas « bouger » dans ces circonstances extraordinaires, entraînera une mise en cause profonde de notre société et de la confiance des consommateurs dans l’agroindustrie et l’Union Européenne.

Je vous laisse encore quelques jours pour décider de votre réaction. Sans nouvelles sous deux semaines ou en cas de refus de collaborer avec moi pour mettre en place un plan de travail sérieux et responsable, je me mettrai du coté des consommateurs malades et ferai le nécessaire pour que les aberrations constatées soient corrigées par tous les moyens à notre disposition.

Je ne connais pas votre formation et je ne sais pas si la notion d’Aw vous a été enseignée. Ce que je peux vous dire est qu’il suffit de contacter les organismes stockeurs de la liste en annexe pour qu’ils vous confirment que j’ai bien équipé des silos en [Aw, T] et que j’en ai effectué le suivi. Les informations fournies par les organismes stockeurs devraient vous éveiller et vous permettre d’accéder à l’énormité scientifique de la situation actuelle.

Depuis le 15 Janvier 2019 et conformément à mes engagements envers les Présidents Macron et Juncker, je ne suis disponible que si les organismes stockeurs veulent faire évoluer la situation dans le sens de garantir des silos biostables. Mon temps et mon énergie vont maintenant être affectés à la défense des malades de la NASH et de la cirrhose non-alcoolique. Ces malades sont maintenant en mesure de porter plainte pour empoisonnement.

Il est probable que, dans un futur très proche, vous deviez répondre de vos responsabilités dans la négation de données qui vous sont connues. Quand je dis « vous », cela concerne vos différents collèges et les organismes stockeurs qui savent que leurs silos sont bioinstables. Ils le savent puisque je leur ai expliqué moi-même, en son temps, en restituant leurs propres données.

Votre contribution attendue :

Ecouter mes demandes et faire les vérifications de mes conclusions au plus vite. Nous avons tous le droit à l’erreur. Qui n’en a jamais fait ? C’est comme cela que l’on apprend. Moi, j’ai appris en regardant les résultats de mesurages d’innombrables capteurs [Aw, T] dans de très nombreuses cellules de stockage.

S’il vous plaît, Monsieur le Président, avançons ensemble pour le bien de tous !

Je vous adresse à nouveaux tous mes vœux pour cette nouvelle année. Quelle permette de débloquer la situation et que les silos soient, dans le futur, des lieux de stabilité biologique !

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes respectueuses salutations

Eric VERHEECKE

Ingénieur Arts et Métiers

MBA holder.

 

 

 

PS : Mon rapport scientifique du 24 Novembre 2017 envoyé aux Présidents Macron et Juncker ainsi qu’au Chancelier Thurnherr vous a été envoyé sur : contact@intercereales.com

PJ : Liste des organismes stockeurs ayant installé des capteurs [Aw, T] dans des silos.

Courrier du 10 Décembre 2018 au Président Juncker : Celui-ci est disponible, ainsi que son annexe scientifique, sur : « http://claire.ikkar-concept.com/2018/12/03/lettre-ouverte-au-president-de-la-commission-europeenne-normes-sur-les-toxines-et-les-mycotoxines/ »

Copie : DGCCRF, DGAL, EFSA, Messieurs les Présidents Macron et Juncker, Monsieur le Chancelier Thurnherr.

Copie par courriel : UNISTOCK, COCERAL, FEFAC

Note : Votre lettre du 10 Janvier 2019 ainsi que cette réponse sont mises à disposition au public sur le site « http://claire.ikkar-concept.com/ » rubrique « lettres ouvertes ».

Pour cet article et tous les articles relatifs à « iKKar » ou « iKKar-concept », seul le droit Suisse est applicable.

Retour sur la page « ClaiRe » : http://claire.ikkar-concept.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *