La méthode que nous développons

« ClaiRe » : une méthode pour trier les aliments

1) Introduction :

Nous vous proposons de trier les aliments car nous constatons tous que certains produits ont un impact négatif sur notre corps. De plus en plus de personnes sont atteintes d’obésité ou de diabète.

Depuis plusieurs années, nous travaillons sur le lien entre les aliments et leurs impacts sur la santé de celui qui les consomment.

Les recherches scientifiques nécessitant des budgets pharamineux, nous avons recherché des méthodes alternatives. Une amie nous a proposée d’étudier la réaction des microchamps corporels en présence de ces aliments. Il s’agit de mettre en pratique l’enseignement de la médecine chinoise ancestrale. C’est une méthode plus globale qui renseigne sur l’impact des aliments sur le corps.

Dans un premier temps, nous avons travaillé sur l’expansion ou la contraction de l’enveloppe éthérique. Puis, nous affinons nos approches afin de trouver la « Signature » de certaines molécules ciblées.

En parallèle, nous travaillons la mesure de ces mêmes microchamps avec des moyens en Physique. Il s’agit de mesurer l’amplitude et la fréquence de ces microchamps. Les deux approches sont complémentaires.

2) Utilisation d’une méthode ancestrale pour juger de l’impact sur la santé :

Les médecines chinoises apportent beaucoup d’éléments. Les résultats sont donc très riches d’enseignements.

Nous pouvons travailler sur la réaction des chakras, des plans et de la couche éthérique.

Ci-contre, une image de la couche éthérique prise par électrophotonique.

Cette méthode est utilisable sur les étals des commerçants car, contrairement aux méthodes de laboratoire, elle ne nécessite pas d’échantillonnage ni de délai pour avoir la réponse. En complément, elle ne coute rien au consommateur.

L’analyse de l’évolution du champ et des plans éthériques nous a beaucoup aidé à trier les aliments « Sains » et des produits « Nocifs ».

Le principe est simple : Si la couche éthérique se dilate, l’aliment est « Sain » ou « Bon », si la couche éthérique se contracte, alors l’aliment est réputé « Mauvais » pour le consommateur.

La difficulté réside dans notre aptitude à « toucher » cette couche éthérique.

Nous utilisons deux méthodes :

  • Avec du matériel de laboratoire en mesurant physiquement les microchamps corporels.
  • Avec les mains, à l’image de ce que font les médecin chinois ou indiens.

3) Utilisation de la physique pour juger de l’impact sur la santé :

Nous travaillons avec des spécialistes qui mesurent les microchmaps corporels avec des moyens sophistiqués. Vous trouverez ci-dessous un exemple d’enregistrement. A partir de ces mesures, il est possible de mesurer l’aura, les chakras, les organes,…

Ces mesurages sont des mesurages physiques indiscutables sur le plan scientifique.

Des données et images complémentaires seront bientôt disponibles pour cette technique.

4) Utilisation de la main pour juger de l’impact d’un aliment sur la santé :

Cela a été une surprise quand il nous a été présenté que ce mesurage physique pouvait être effectué avec la main. Il s’agit d’un sens que nous possédons qui a été « oublié » en Europe depuis longtemps.

La difficulté consiste à réveiller ce sens « perdu ». Il existe des spécialistes pour cela. Si cela vous intéresse, nous pouvons vous donner des adresses.

Le principe est donc de ressentir la couche éthérique. Lorsque cela est acquis, il suffit donc de ressentir son évolution en présence de l’aliment à tester.

Il est aussi possible de se servir d’autres champs, comme le plan vertical (voir image ci-contre).

Si ce plan dévie vers la gauche, alors il faut considérer que la réponse est « Mauvaise ». Il en est de même lorsque ce plan dévie trop vers la droite.

Le gros intérêt est que nous allons disposer de deux approches différentes (mains et appareillage de mesure physique) qui mesurent les mêmes phénomènes.

Nous disposons des éléments pour progresser avec toute la rigueur nécessaire à une approche scientifique.

5) Découverte de nouvelles toxines dans l’alimentation :

L’ensemble des produits testés contient beaucoup de produits alimentaires réputés « Mauvais ». Ceci montre qu’il existe des différences importantes entre cette méthode et les normes applicables.

Nous avons compris que les normes applicables (suisses ou européennes) sur les produits alimentaires ne couvrent pas toutes les toxines de l’alimentation.

En utilisant l’approche ancestrale, ci-avant expliquée, nous sommes arrivés à la conclusion que deux toxines ont échappé aux scientifiques. Leur « Signature » couvre presque tous les cas d’aliments réputés « Mauvais ».

Ces deux toxines ont été identifiées et appelées « OTV » et « AFV ». Elles ont un effet  négatif sur le foie. Suivant nos conclusions actuelles, l’OTV contribue à la stéatose et l’AFV à l’inflammation. Cette deuxième accélère donc l’irréversibilité du processus d’engraissement des foies humains.

Nous vous invitons à consulter la page sur la stéatose hépatique et la cirrhose pour plus d’information.

Nous vous remercions pour votre attention.

Consultation sur la page de l’alerte sanitaire climatique

Retour sur la page principale